Nos journées passent très vite à Mimizan, pourtant on ne consacre plus de temps aux repas ! Je ne ressens pas de fatigue particulière, mais la faim commence à se pointer... L'expérience que nous vivons, avec Sylvie, n'est pas évidente mais elle est exceptionnelle et enrichissante, on s'en rappelera toujours. La faim qui se fait sentir me fait penser aux nombreux êtres humains et aux animaux qui sont sous-alimentés par dénuement. Quel paradoxe comparé à notre action volontaire ou aux jeûnes diététiques ! Le monde est ainsi.

Aujourd'hui nous avons rencontré une sympathique commerçante mimizannaise, elle nous a dit que personne dans sa commune n'a compris comment avait pu s'organiser une (première) corrida en 2009 alors que cette pratique était sans aucun rapport avec la mentalité locale. Le maire serait complètement incompétent pour prendre des décisions, son équipe les prendrait pour lui. C'est tout à fait la situation de la corrida à Mimizan, lui ne se dit pas vraiment aficionado, mais il a subi l'influence d'un de ses proches afioc pour laisser faire des corridas.

Nous sommes retournés nous montrer vers la plage avec nos panneaux et avons recueilli des témoignages intéressants de gens locaux opposés à la barbarie. Pas beaucoup de quolibets reçus. Une équipe de jeunes rugbymen passait par là et l'un des adolescents (afioc ?) nous a lancés méchamment : "J'espère que vous allez crever avec votre grève de la faim !"...

Un ami primatologue (de la Mission Française de Protection pour Singes en Danger) a créé une pétition soutenant notre action, je vous la propose bien sûr les amis : https://secure.avaaz.org/fr/petition/CONTRE_LA_CORRIDA_PETITION_DE_SOUTIEN_A_CHRISTOPHE_LEPRETRE/share/

 

mairie mimizan 001

Ma lettre quotidienne pour le maire indécis ! Sera-t-il influencé par notre action et devenir enfin responsable ?...