Ce matin Christine de Béziers nous a rendu visite au camping et est repartie très émue. Je reçois beaucoup  d'encouragements au téléphone, souvent les gens se mettent à pleurer d'émotions, et croyez-moi je suis aussi émotif. Par contre en front de mer, on a encore eu droit cette après-midi à un "T'as qu'à crever !", aficion quand tu nous tiens... Un militant de Bordeaux ainsi qu'une famille des Landes sont venus nous voir, merci à eux.

Je suis plutôt surpris, évidemment très agréablement, de recevoir tant de supports de toute la France et de l'étranger. Sylvie et moi, nous tenons sincèrement à vous remercier encore du fond du coeur. Je suis persuadé de la réalité de la puissance que l'on tire dans le partage, la communion, le souhait, car notre moral est resplendissant grâce à toutes vos bonnes intentions pour nous. On tiendra donc tous ENSEMBLE !

Vous êtes nombreux à nous demander si l'on reçoit également des soutiens d'associations. Heureusement oui de plus en plus, mais je dois avouer qu'il y a quelques incompréhensions. Je n'en suis qu'à mon 12ème jour alors les absents ont encore un peu de temps pour se manifester, mais il ne faudrait pas non plus que ces associations se réveillent dans un mois ou deux ! Notre action est une opportunité pour faire parler du mouvement anticorrida mais aussi par extension de la protection animale en général. Je sais qu'il y a des dissentions, malentendus entre associations, chacun en est conscient et chacun tombe dans le piège de l'égo (moi le 1er !). Que faire alors pour stopper cette contre-productivité desservant les animaux ? Se rappeler que l'on n'est pas soi-même sans reproche, et surtout tenter la réconciliation, et si l'humilité parait trop difficile à pratiquer, au moins se tolérer.

"I have a dream", et si notre action pouvait permettre de rassembler des associations en vexation et de les réconcilier ? Avec comme but commun de nous soutenir, pour l'abolition des corridas à Mimizan, ce que tout militant et humain sensible désire. Ce serait tellement beau. L'union fait la force. Une association n'est pas un fonds de commerce ou un moyen pour devenir un leader star. Recentrons-nous toujours sur l'essentiel : la cause. Profitez de notre grève de la faim, utilisez-la, c'est la vôtre aussi. Merci les ami(e)s.